Recherche

Nos formations et livres


Accueil arrow Tutoriel photo numérique arrow Cours / tutoriel de formation sur la photo numérique : imprimer ses photos
Cours / tutoriel de formation sur la photo numérique : imprimer ses photos Suggérer par mail
Cours et didacticiels - Bureautique - Infographie - Apprendre la photo numérique - Sommaire des cours
Écrit par Alain MATHIEU et Dominique LEROND   
20-06-2009

Tuto - Imprimer ses photos

Contenu de ce tutoriel de formation sur la photo numérique :



(Les conditions d'utilisation de ce cours sont consultables en cliquant sur ce lien).

Découvrez nos formations à Nancy et en Lorraine : Photoshop, Illustrator, Indesign, ... 

MOSAIQUE Informatique : création de sites web et formations informatiques en Lorraine.

Si nos cours et didacticiels vous sont utiles, vous pouvez contribuer à leur développement en les faisant connaître : placez simplement  un lien vers ce site sur votre propre site web ou sur votre blog... 

Avant de tirer vos clichés sur papier, quelques réglages s’imposent. Faites ensuite votre choix : être votre propre imprimeur ou faire appel à des tiers. Avantages et inconvénients de chaque méthode.

  

Travailler en mode RVB ou en mode CMJN

La plupart des travaux à l’écran se font en mode RVB (Rouge, Vert, Bleu) car il offre la gamme chromatique la mieux adaptée à l’affichage. Rappelez-vous que le mode colorimétrique utilisé est alors celui des couleurs additives : des faisceaux lumineux de couleurs différentes viennent composer la couleur.

Il n’en est pas de même lorsque l’image est imprimée puisque c’est le mode soustractif qui est employé. Dans ce cas, ce sont des encres qui retiennent une partie de la lumière, ne renvoyant que certaines couleurs. L’espace colorimétrique n’est pas le même qu’en mode RVB (certaines couleurs ne peuvent être composées).

Pour éviter de désagréables surprises, vous devez paramétrer votre logiciel en mode CMJN (Cyan, Magenta, Jaune, Noir) avant l’impression. Dans ce mode, si votre écran est correctement étalonné, l’image affichée à l’écran sera très proche du résultat imprimé, ce qui vous évitera quelques désagréables surprises au tirage. Ceux d’entre vous qui désirent affiner encore plus l’ajustement feront appel au profil colorimétrique de leur périphérique ou le définiront eux-mêmes.

Profil colorimétrique

Chaque périphérique d’entrée (comme un scanner) ou de sortie (comme une imprimante) dispose de caractéristiques qui lui sont propres, en matière de colorimétrie. Ces caractéristiques peuvent même évoluer d’un moment à l’autre de la journée (c’est le cas d’un scanner, dont la température de la lumière émise par son ampoule varie en fonction de l’échauffement de celle-ci). Pour affiner la concordance entre l’affichage sur le moniteur et le périphérique, les constructeurs fournissent généralement, un fichier de paramètres, interprétables par le pilote de celui-ci, nommé profil colorimétrique. Certains professionnels comme les imprimeurs vont même jusqu’à définir leurs propres profils. Cette opération, fastidieuse car elle impose la comparaison d’un très grand nombre d’échantillons de couleurs, choisies dans des palettes, sur le moniteur et les sorties imprimées, donne les meilleures résultats.

 

Photo numérique - Nuancier de couleurs
Nuancier de couleurs - Photo numérique

 Choisir un type d’imprimante

Si vous souhaitez l’autonomie totale, vous opterez certainement pour le tirage de vos photographies sur une imprimante dédiée à cet effet. Les résultats obtenus ont longtemps été en dessous de la qualité des tirages sur papiers photographiques traditionnels. Les progrès techniques, tant au niveau des encres, des papiers, que des imprimantes elles-mêmes, font que ces dernières peuvent enfin prétendre égaler la qualité du tirage offerte par les techniques classiques.

Bien sûr, vous devrez investir dans l’achat d’une imprimante de qualité photographique et dans celui des consommables (papiers et encres). Autant dire que, si la rentabilité financière est votre premier critère de choix, vous devrez tirer un nombre conséquent de photographies pour que l’opération soit avantageuse par rapport à la solution qui consiste à remettre vos tirages numériques à un photographe.

Tirer vous-même vos photographies ne vous coûtera pas que de l’argent mais également du temps. Mais gageons que si vous choisissez cette option, le contrôle du résultat final est, pour vous, essentiel, et vous procure une satisfaction personnelle. Qui aime ne compte point…

Photo numérique - Votre photographie, servie sur un plateau !
Votre photographie, servie sur un plateau ! - Photo numérique
 

Formation photo Nancy (54)

Découvrez les stages de formation multimédia (photo, vidéo, son, montage vidéo, montage son, effets spéciaux,  ...) de MOSAIQUE Informatique à Nancy (54) et en Lorraine

Imprimantes à jet d’encre

Cette catégorie de périphériques est celle qui offre, aujourd’hui, le meilleur compromis résultat/prix à l’amateur.

Selon l’épaisseur de votre portefeuille et vos exigences, vous choisirez un modèle plus ou moins sophistiqué. Les principaux paramètres à prendre en compte, lors de l’achat, sont :

-    la résolution en ppp (point par pouces). Les imprimantes à jet d’encre atteignent maintenant des résolutions inconcevables il y a seulement quelques années. Ajoutons que l’encre étant projetée sous la forme de fines gouttelettes, les couleurs (cyan, magenta, jaune et noir, dans la plus part des cas) se mélangent pendant les quelques fractions de secondes que dure le séchage. Le résultat est souvent très bon car donnant un aspect très lissé, rendant la trame presque invisible ;

-    la technologie utilisée pour l’encrage, directement liée au point qui précède, et évidemment à prendre en considération. Ces dispositifs se nomment généralement "buses" ;

-    le type de papier utilisable. Il est préférable de pouvoir employer une grande gamme de papiers (mat, brillant, perlé, de grammages différents, ect.) et de taille différente pour couvrir un maximum de cas de figures ;

Grammage

Terme utilisé en imprimerie, indiquant le poids en grammes, d’une feuille de papier, au m². Plus cette valeur est importante, plus le papier est épais. A titre d’exemple, le grammage d’une feuille de papier dactylographique courant est de 80 grammes / m². Un papier photographique doit présenter un grammage au moins double pour offrir une qualité satisfaisante.

 

-    la qualité des encres utilisées par l’imprimante. Les propriétés des pigments qui composent l’encre interviennent évidemment sur l’aspect du tirage. Mais la durabilité de l’image dans le temps est également importante. Il serait dommage qu’une magnifique photographie se transforme en une pâle icône délavée en quelques années. Les constructeurs annoncent la mise sur le marché d’encre dont la durée de fixation dépasserait le siècle. Personne n’a malheureusement pu vérifier, à ce jour l’exactitude de leurs propos. Quelle que soit l’image dont vous souhaitez préserver l’éclat, sachez que son pire ennemi est celle qui lui a donné la vie : la lumière. Rien n’est plus abrasif, pour une photographie, qu’une exposition prolongée à une lumière vive (celle-ci dégradant en effet les pigments qui composent l’image). Aussi devrez-vous ranger au sec et à l’abri de la lumière les photographies pour vous les plus précieuses ;

-    la vitesse d’impression. Non déterminante si vous ne tirez que quelques photographies occasionnellement, elle le deviendra si votre rythme de tirage augmente. Elle se mesure en pages par minute.

Imprimantes laser couleur

Ces imprimantes, qui utilisent de l’encre solide, appelée « toner », ne sont pas les plus adaptées aux tirages de photographies. Les images manquent souvent de netteté.

Imprimantes à sublimation

Ces imprimantes étaient considérées comme le nec plus ultra, en matière de tirages photographiques, il y a encore peu de temps. Elles offrent une qualité d’impression excellente, pour peu que l’image d’origine dispose d’une résolution suffisante (300 ppp).

Le coût de ses consommables, élevé, allié à une pérennité de l’image non garantie dans le temps, font penser que l’imprimante à sublimation n’est plus à conseillée à l’amateur, même averti (qui lui préférera une imprimante jet d’encre haut de gamme).

Imprimantes de type pictography

Citons cette imprimante, d’un prix élevé, la rendant presque inaccessible à l’amateur, pour son principe de fonctionnement et le rendu qu‘elle offre, exceptionnel.

La technologie utilisée ici est celle de la photographie argentique classique, en ce qui concerne le papier, du moins, puisqu’il s’agit d’un papier photographique traditionnel. L’image est produite sur celui-ci au moyen d’un dispositif lumineux qui vient le marquer, comme le marquerait l’image projetée par un agrandisseur, en photographie argentique. Le papier est ensuite révélé par une réaction chimique similaire à celle employée dans les célèbres appareils Polaroïd.

Polaroïd

Appareils photographiques argentiques dont la particularité est de fournir la photographie, sur tirage papier, quelques dizaines de secondes après la prise de vue. S’il ne permet pas des photographies de qualité excellente, cet appareil est devenu légendaire par son adaptation parfaite à toutes les situations nécessitant un tirage instantané (photographies événementielles, vendues aux touristes par exemple).

 

Les papiers photographiques pour imprimantes

Évitez d’utiliser du papier d’usage dactylographique (le plus classique et le moins cher) pour imprimer vos photographies car celui-ci n’est pas suffisamment épais et, surtout, absorbe, tel un buvard, une grande partie de l’encre.

Des papiers spécifiques aux tirages photographiques, sur imprimantes à jet d’encre notamment, sont disponibles. Ils reproduisent la texture des papiers photographiques traditionnelles (brillants, mat, satin) et offrent une qualité très acceptable pour des prix abordables. Certains papiers « exotiques » offrent de nouvelles textures qui peuvent donner une originalité supplémentaire à vos photographies (papier imitant le rendu d’une toile, par exemple).

Imprimer une photographie sans passer par l’ordinateur

Signalons l’existence de petites imprimantes, assez peu onéreuses, qu‘il est possible de relier directement à l’appareil photographique numérique, sans utiliser d’ordinateur.

Si elle s’avère appréciable lors des vacances, période pendant laquelle le photographe ne dispose pas de tout son matériel, informatique notamment, cette solution ne saurait être prise au sérieux par un photographe un tant soit peu exigeant car les contrôles et les traitements des images sont limités à ceux fournis par l’appareil numérique et son écran LCD.

Faire tirer ses photographies numériques chez un photographe

Les photographes ou les grandes surfaces proposent aujourd’hui à leurs clients des tirages de leurs photographies numériques sur papier traditionnel.

Différentes solutions sont mises en œuvre pour permettre le déchargement des images (lecteur de CD ou de carte mémoire). Les images sont tirées sous quelques jours. La qualité est généralement correcte, sous réserve d’avoir fourni des originaux dans une résolution suffisamment élevée (300 dpi étant l’idéal).

Certains sites Internet proposent également le tirage de vos photographies. L’envoi des images numériques se fait, dans ce cas, par le web ou par CD (au format jpeg ou tif) et les tirages papier vous sont adressés par voie postale.

Droits

Si vos photographie présentent un intérêt artistique ou journalistique susceptible de vous faire craindre un vol de vos droits d’auteur, pensez à les protéger. Rien n’est plus facile à s’approprier qu’une image numérique. La loi française sur la propriété intellectuelle dit que le seul fait de créer une œuvre (une photographie en est une) vous en rend propriétaire et unique détenteur des droits d’auteur. Encore faut-il pouvoir prouver cette propriété. Aussi, vous conseillons nous de déposer un exemplaire des photographies que vous désirez protéger à l’Institut National de la Protection Industrielle (INPI).

 

Publier sur le web

S’il est virtuel, le web n’en est pas moins un espace de publication (presque) comme les autres.

Si vous images sont destinées à être contenues dans des pages HTML, une résolution de 72 dpi et le format jpeg, associé à un fort taux de compression seront suffisants. Pensez que vos images seront d’autant plus longues à être affichées sur les moniteurs des internautes qui consulteront votre site Internet que la taille de leurs fichiers sera importante. Vous privilégierez celle-ci à la haute résolution dans la majorité des cas, car la vitesse d’affichage est primordiale.

Si les images que vous affichez dans vos pages web sont de grandes tailles (et donc que le poids des fichiers images est important), découpez-les et placez chacun des morceaux, sous la forme de petits fichiers images dans un tableau HTML dont les bordures des cellules auront été rendues invisibles. Cette technique, que des logiciels de création de site web, comme Dreamweaver, exécuteront automatiquement pour vous, accélérera le temps d’affichage.

En résumé

Vos photographies sont maintenant, d’une manière ou d’une autre, imprimées. Dans la dernière étape, qui suit, nous vous proposons d’analyser ensemble quelques études de cas typiques.

A Nancy et en Lorraine, découvrez nos formations sur la photo numérique et nos stages vidéo

Dernière mise à jour : ( 06-11-2010 )
 
< Précédent   Suivant >



 

Advertisement
© 2017 Formation - Création de sites web - Nancy - 54 - Lorraine
Reproduction interdite - Visitez également www.mosaique-informatique.com.